La Korean Connection est à ce jour la seule convention consacrée uniquement à la culture coréenne. C'est l'association Korean Connection qui en est à l'origine. Cet événement existe officiellement depuis l'année 2009, il s'agissait donc de la 3ème édition. Si les deux premières éditions étaient de simples fêtes ouvertes à un public d'initiés, cette 3ème édition se voulait être une première en grand public. 

 

Pour se faire, l’association avait investi l'Espace Champerret de Paris le dimanche 8 mai 2011 pour une journée riche et complète. L'association bénéficiant de plus d'un appui important du Centre Culturel Coréen. La programmation établie pour cette journée avait une allure de Japan Expo à la sauce coréenne, les stars en moins cependant. Thomas Sirdey, co-directeur général de JTS Participations, société qui chapeaute SEFA EVENT, organisatrice des festivals Japan Expo, était même présent pour l'occasion.

 

Bien que les portes de la convention ouvrait vers 9h30, je ne suis arrivé sur place qu'aux environs de 12h. Ma première demi-surprise en arrivant fut de constater que la convention n'occupait qu'une partie des lieux mais pour une première édition ce n'est déjà pas si mal. Devant l'entrée de la convention, on pouvait voir une démonstration de danses/musiques traditionnelles Pungmul et Samulnori donnée par l'association Olsou.

 

© photo de Guillaume Reich, 2011

 

Une fois à l'intérieur, j'étais agréablement surpris par la foule présente sur les lieux mais beaucoup moins aussi par les problèmes de circulation que cela engendrait. Nous avions tout de suite à notre droite, les ateliers de cuisine qui étaient la principale raison de l'attroupement qui gênait le passage vers les stands voisins. Côté stands justement, les différents aspects de la culture coréenne étaient assez bien représentés : film, drama, littérature, musique, associations diverses et office de tourisme. On trouvait ensuite différents ateliers de découverte : calligraphie, essayage de tenue traditionnelle, maquillage, arts martiaux et cérémonie du thé. Enfin, on trouvait une scène et 2 salles de conférence.

 

© photo de Guillaume Reich, 2011

 

Comme il s'agissait d'une première, la scène était essentiellement occupée par des groupes de danseurs. A ma grande surprise, ceux-ci rencontraient un très grand succès bien qu'il ne s'agissait que d'inconnus reproduisant des chorégraphies de groupes pop populaires. En fin de journée, on apercevrait malgré tout le chanteur de R'n'B, Baby Jin, déjà présent à Japan Expo l'an dernier. Côté conférences, deux particulièrement avaient retenu mon attention mais faute de places (environ 40) je n'ai pu assister à aucune d'entre elles. Il s'agissait des conférences "Les dramas" et "Les films coréens".

 

Il est désormais temps de tirer un bilan de cet événement. Malgré ses défauts, c'est première édition version grand public est sans aucun doute un franc succès, tout du moins en terme de fréquentations. Devant un tel succès, on se projette forcément vers l'avenir et on imagine déjà les évolutions potentielles à venir. Compte tenu de la venue du label SM Entertaitment en marge de ce festival pour la tenue d'un double concert, le fameux SM Town, on imagine mal de gros artistes coréens venir dans la cadre de la Korean Connection. Cependant, on imagine très bien la possible venue d'auteurs de manwha, si tant est que les éditeurs français s'investissent dans l’événement, ainsi que celle de réalisateurs, le cinéma coréen rencontrant un certain succès en France. On se donne donc rendez-vous l'an prochain pour le découvrir.