Avant de commencer le reportage sur les différentes activités que nous avons suivies sur cette Japan Expo 11ème Impact, donnons déjà nos premières impressions sur son organisation.


L'organisation générale des espaces a été totalement revue, on a donc un peu du mal à s'y retrouver au départ si on était venus les années précédentes. Premier point négatif, il n'y a pas de point d'info à l'entrée des billets 3-4 jours. S'il est louable d'avoir voulu séparer l'entrée des différents billets en deux, il aurait été logique de mettre un point d'infos à chacune d'entre elles ! Par contre, on note une très nette amélioration au niveau du point dédicace où sont distribués les billets des différentes séances organisées. De longues files avec un code couleur annoncé sur des tableaux permet en effet de très bien s'y retrouver. On regrettera peut-être le choix de l'emplacement qui privilégie nettement les possesseurs de billet dont l'entrée est juste à côté. Si on ajoute que ce sont notamment les billets premium qui en bénéficient en plus de leur entrée dans la convention en avance, on peut déjà comprendre la grande frustration qui habitent certains détenteurs de billet 3-4 jours ! Concernant ces billets d'ailleurs, je trouve anormal que l'organisateur n'est pas encore mis en place un système avec distribution aléatoire par tirage au sort suite à une inscription au préalable. De trop nombreuses personnes obtiennent systématiquement chaque année ce précieux sésame. Je reviendrai au fur et à mesure sur les points positifs et négatifs dans l'organisation. Passons maintenant enfin à la convention en elle-même.


Conférence de NAKAHARA An

C'est vers 14h que commençait la conférence de NAKAHARA An, auteur du manga Kilari à l'espace de Conférence numéro 2. Nous n'avons malheureusement pas eu assister à l'ensemble de celle-ci mais en voici un large extrait. Je précise tout de même que les questions et réponses ont pu être réécrites afin d'être plus clairs.

Q: Quel est le manga qui vous a incité à être mangaka ?

R : "Il n'y a aucun manga en particulier, j'ai toujours voulu être mangaka."

Q : Quel est votre manga préféré ?

R : "BlackJack de Tezuka Osamu."

Q : A quel âge avez-vous publié votre premier manga ?

R : "J'ai publié mon premier manga à l'âge de 23 ans."

Q : A quel rythme publiez-vous votre travail ?

R : "Pour faire un chapitre soit 31 pages en comptant l'histoire, le storyboard, le dessin et l'encrage, il me faut environ 2 semaines."

Q : Quel genre de plume utilisez-vous pour le dessin ?

R : "Une marupen. Toujours." (NB : Plume ronde. En France, elle est appelée plume tubulaire.)

Q : A quel moment créez-vous vos personnages ?

R : "J'ai commencé par dessiner tous mes personnages et ce n'est qu'ensuite que j'ai créé ma série autour. Par contre, en ce qui concerne les personnages qui arrivent au cours de l'histoire, je les crée sur le moment."

Q : D'où tirez-vous votre inspiration pour les différentes tenues ?

R : "Je lis beaucoup de magazines de mode et je regarde également beaucoup les tenues portées par les idoles à la télévision. Je les arrange ensuite à ma façon."

Q : Avez-vous créé le personnage de Kilari parce que vous rêviez d'être une idole ?

R : "Je n'ai jamais souhaité devenir une idole."

Q : Que pensez-vous de Kusumi Koharu ? (NB : doubleuse du personnage de Kilari à la TV)

R : "C'est une idole formidable. Elle est très jolie et possède une jolie voix."

Q : Combien avez-vous d'assistants ?

R  : "J'ai 3 assistants qui m'aident en gommant les premiers crayonnés et en établissant les décors."

Q : Qu'est-ce qui vous a fait le plus plaisir dans le succès de Kilari ?

R : "L'adaptation en série animée."

Q : Vous qui avez l'habitude de rencontrer souvent votre public japonais, que pensez-vous de votre public français ?

R : "En France, le public est constitué de jeunes adultes alors qu'au Japon ce sont plutôt des enfants."


Concert de Doping Panda


C'est à 15h qu'avait lieu le concert du groupe Doping Panda au JE Live House.


Premier constat, le public est peu nombreux. La conférence du groupe VAMPS au même moment pourrait expliquer un tel phénomène mais le groupe n'en a cure. Le leader du groupe, le guitariste et chanteur Yutaka Furukawa, assure le show. Les trois musiciens jouent fort bien et le public rugit de plaisir.


Le leader qui s'exprime en anglais pour l'occasion ne manque pas d'échanger avec le public et l'invite même à consulter leur myspace afin de pouvoir les revoir bientôt en concert en France; il a oublié les dates. Pour info, ils seront donc en concert à Rennes le 12 juillet et à La Rochelle le 13.

© photo de Xavier Bruylant, 2010


Live de usagino namihey


Son nom ne vous dira probablement rien et cela est parfaitement compréhensible. En effet, la jeune fille n'avait pas été invitée en tant que chanteuse par Japan Expo mais elle était présente au titre de son activité de mannequin sur le stand "Made in Girl" situé dans la zone des jeunes créateurs pile en face du stand de la chaîne Nolife.


Ayant pris connaissance de sa présence dans la convention par l'intermédiaire d'amis qui l'avaient auparavant croisé en live sur les Champs-Elysées, je me suis donc empressé de lui rendre une petite visite pour mieux la découvrir et ainsi vous la présenter.


Avec une très grande gentillesse, elle s'est prêtée sans problème au jeu des photos et dédicaces et nous a même gratifié d'un petit live devant son stand à la grande surprise des visiteurs qui passaient par là. Si vous voulez avoir une idée de ce qu'elle chante, je vous invite à visiter le site officiel de son groupe : Pyongarou.

© photo de Xavier Bruylant, 2010


Concert de die!!die!!color!!!


Retour au JE Live House à 16h30 pour le tout premier concert de J-Core en France avec la venue exceptionnel du groupe déjanté die!!die!!color!!!.


Pour ceux qui ne connaîtrez pas ce genre un peu particulier, sachez qu'il s'agit d'un style musical apparu dans les années 90 au Japon sous l'impulsion de nombreux DJ très populaires aujourd'hui et pas seulement dans l'archipel.


Contrairement à Doping Panda un peu plus tôt, la chanteuse du groupe s'exprime ici en japonais et si au début seules une dizaine de personnes répondent à son appel pour s'amuser, tout le monde est bien vite emportée par la musique et saute dans tous les sens puis brandit le poing en l'air au rythme de la musique à la demande du groupe. A n'en pas douter, si vous aussi vous croisez leur route, vous serez emporté par leur énergie débordante !

© photo de Xavier Bruylant, 2010

 
Concert de Iwadare Noriyuki

 

Son nom ne vous dit peut-être pas grand chose et pourtant il y a de très grande chance pour que vous ayez déjà entendu sa musique dans un jeu vidéo ! En effet, Iwadare Noriyuki est le compositeur des musiques des séries Grandia et Phoenix Wright.


C'est justement, en grande partie des morceaux tirés de ces deux séries qu'il proposait à l'occasion de ce premier concert au JE Live House. Le dernier jeu ici représenté était son premier succès, Lunar.


Si dans un premier temps, il nous a offert des versions instrumentales accompagné de son orchestre (un guitariste, un bassiste et un batteur), il nous a offert dans un second temps des versions chantées avec la présence exceptionnelle de la chanteuse Shi-on. Un beau moment pour tout fan de musiques de jeu vidéo.

© photo de Xavier Bruylant, 2010